Urbex : le patrimoine industriel du passé dans l’Oisans

France. Un voyage à travers du patrimoine industriel passé de l’Oisan. Mon voyage d’exploration urbaine (Urbex) m’emmène dans les Alpes françaises sur les traces des grands industriels Keller et Leleux. Ces deux entrepreneurs, originaires de Bretagne, se sont installés dans la région vers 1900.

Autrefois haut lieu de l’industrie au début du XXe siècle, seuls quelques bâtiments nous rappellent aujourd’hui l’industrie passée de l’Oisans. Une randonnée à travers le paysage de montagnes enneigées.

Urbex patrimoine industriel Oisans, boite à lettres vertes, hiver, neige
Le facteur ne livre plus à cette adresse depuis longtemps. A la recherche de traces dans l’Oisans. (Urbanauth / VG / 2021)

Située dans le sud-est de la France, la région se trouve au cœur des Alpes françaises. Entre les villes de Grenoble et Briancon, ainsi que les départements de Isère et de Hauts-Alpes, sommeille l’histoire d’une culture industrielle passée. La région est principalement située autour de la “Romanche“, une rivière de montagne où se trouvaient les importantes centrales hydroélectriques pour la production d’électricité. Le parc naturel “Parc des Écrins” comprend également une partie de l’Oisans.

Un voyage hivernal Urbex à travers le patrimoine industriel passé de l’Oisans

Urbex France patrimoine industriel Oisans hiver neige route montagne
Spurensuche Industriekultur im Oisans. Gar nicht so einfach im Winter! Schnell wird hier nämlich nicht gefahren. Steil ragen die Felshänge ins Tal. Rutschig die Fahrbahn, welche den Gebirgsfluss entlang mich zu den Dörfern führt. (Urbanauth / VG / 2021)

Des ruines industrielles abandonnées se cachent partout sur la route de campagne enneigée, qui serpente à travers les montagnes sur des pentes rocheuses abruptes. Sans pneus d’hiver, il n’est pas possible de passer. La route est glissante et il neige constamment. Des glaçons impressionnants ornent les parois en roche. Grace au froid, devenu laiteuses et vitreuses. De loin, une petite avalanche glisse sur la pente raide.

Je me concentre sur le trajet en voiture, quand soudain, du coin de l’œil, je repère les premiers vestiges du patrimoine industriel passé de l’Oisans.

Urbex Frankreich Industriekultur Oisans empore in den Berg gebaut, verlassen, Bergbauindustrie, Winter, Alpen,
Mystérieusement, ces deux arcs s’élèvent de la paroi rocheuse. (Urbanauth / VG / 2021)

Mon voyage commence dans la commune de Séchilienne. Construites dans la roche au bord de la route, deux mystérieuses arches rondes s’élancent dans la montagne. Des marches en pierre recouvertes de mousse laissent deviner un ancien chemin. Un panneau indique que la zone est une propriété privée. Je décide de suivre la route des six vallées (“Route des Six Vallées”) pour l’instant.

La petite commune de Livet-et-Gavet se compose de trois villages, qui remplissaient des tâches différentes. Les principaux secteurs étaient l’électrochimique, l’hydroélectricité et l’électrométallurgie. En outre, il y avait le traitement du papier sous forme d’usines à papier. Ceux-ci se sont établis au début die XXᵉ siècle dans l’Oisans.

La route qui traverse Gavet passe devant une usine encore active de Ferropem, qui sert à l’extraction et à la transformation des métaux. Un tableau d’affichage électronique est installé sur le site de l’usine, visible de l’extérieur. 132 jours sans incident ayant nécessité l’arrêt des machines. L’usine est le plus grand employeur de la communauté de 1 300 personnes de Livet-et-Gavet. Les murs extérieurs sont couverts de graffitis aux couleurs vives. De l’autre côté de la route, j’aperçois la forme enneigée d’un terrain de tennis. Adjacent à un ancien manoir qui abritait autrefois les employés cadres.

La politique du logement à Gavet se caractérisait par une immense caserne de travailleurs. Chaque grand industriel et entrepreneur a influencé la conception des petites implantations urbaines. Les églises et les cinémas, ainsi que les premiers régimes d’assurance sociale, promettaient un avenir confortable aux travailleurs migrants. La commune Livet-et-Gavet a donc connu un brusque afflux. D’un bout à la hauteur de Gavet à Rioupéroux au centre et Livet à l’autre bout : l’homme s’était approprié la nature.

Urbex à travers Rioupéroux : un petit village au centre de l’ancien patrimoine industriel de l’Oisans

Urbex Frankreich. Museum und Bibliothek von Riouperoux. Industriekultur am Gebirgsfluss Romanche und im Oisans. Winter, Schnee, kalt, traurig und raue Atmosphäre, einfache Architektur, ländlich, französische Alpen
Le petit village possède une bibliothèque et un musée sur la culture industrielle de la rivière de montagne Romanche et donc de la région de l’Oisans. (Urbanauth / VG /2021)

Devant moi, Rioupéroux apparaît sinistre et gris à l’horizon hivernal. J’arrive au village central de la petite commune de Livet-et-Gavet. Son origine du mot Rioupéroux vient peut-être du dialecte local, qui signifie torrent de pierre.

À la place du Musée, je gare ma voiture et je sors. Devant moi se trouve la bibliothèque locale, ainsi qu’un petit musée. Il s’agit du patrimoine industrielle de l’Oisans, le long de la rivière de montagne de la Romanche, qui correspond parfaitement au thème de mon voyage. Malheureusement, le Musée de la Romanche est fermé en raison de l’hiver et de la pandémie du COVID-19.

L’influence de la culture industrielle passée est perceptible à travers l’aménagement du village de Rioupéroux. Unique pour l’époque, le village a été conçu “horizontalement”. L’accent a été mis sur des petites maisons avec jardin, promettant un certain confort. Les logements les plus confortables ont été attribués à la main-d’œuvre, qui a assumé la plus grande responsabilité. Cela était pensé pour créer un lien entre les employés et leur lieu de travail.

À son apogée, le village comptait plusieurs boulangeries, boutiques et cafés. Ces derniers constituaient les points d’échange centraux. L’usine d’aluminium qui a duré tout au long du siècle s’est progressivement vidée à partir des années 80. À partir de 1992, des parties des usines ont été démolies.

Urbex dans les Alpes françaises : le patrimoine industriel de l’Oisans longe le bord du fleuve

Urbex Frankreich Industriekultur Oisans, Historische Zentrale "Les Roberts", Wasserkraftwerk, EDF, Gebirgsfluss Romanche, Winter, Schnee, schneebedeckte Brücke, Schneeflocken fallen ins Bild, Französische Alpen, Urban Exploration
Le siège historique “Les Roberts” est maintenant dans la propriété d’EDF, “Électricité de France”. (Urbanauth / VG / 2021)

Le long de la rivière de montagne de la Romanche, les premières industries s’étaient installées à partir de 1816. L’utilisation de l’énergie hydraulique a longtemps joué un rôle important dans cette région à l’extrémité de la France-Métropolitaine.

Autour du village de Rioupéroux, une entreprise de hauts-fourneaux et d’aciéries s’était déjà installée à cette époque. Au début, encore peu exploitée avec des moulins ordinaires, les progrès de l’énergie hydraulique ont révolutionné l’efficacité. La rivière de montagne sauvage s’offrait comme une source d’énergie idéale. Moins de cent ans plus tard, les industriels Keller-Leleux, ainsi qu’Henri Gall et Paul Lacroix, s’installent dans l’Oisans.

À la recherche du patrimoine industriel passé de l’Oisans. Pause déjeuner !

Dorfstraße Riouperoux Oisans Industriedorf Industriekultur, einsam, rau, schneebedeckt, Winter, Gebirgsfluss Romanche, französische Alpen Urbex Frankreich, Urban Exploration
Wie ausgestorben. Das Dorf Rioupéroux im Winter. (Urbanauth / VG / 2021)

Il est midi et le seul restaurant ouvert à Rioupéroux est la boutique de kebabs “Le Libertad“. D’une manière ou d’une autre, la tête de Che Guevara à l’entrée vous pique les yeux. Le restaurant fast-food est conçu dans le style cubain. Le propriétaire est un grand fan de Cuba et y est déjà allé deux fois.

Ingénieur informatique algérien d’origine, il a, au cours de sa carrière, travaillé dans le monde entier sur différentes plateformes de forage pétrolier en mer et dans le désert. Il y a environ cinq mois, il a décidé de s’installer ici. Il est heureux de la vie rurale. Ici, la vie de village est calme. Même si, en raison de la pandémie de Corona, les clients restent à l’écart, ce qui met à rude épreuve son entreprise.

Sans supermarché, le magasin du village de Semir est un point d’échange important. Tout le monde le connaît ici. La plupart des habitants ont des racines algériennes et forment une communauté villageoise très soudée. En raison des anciennes usines de Keller et de Lelieux, la région a connu un fort afflux de personnes venant d’Italie, de Pologne, de Russie et plus tard du Maghreb. L’industrie a disparu au cours du XXe siècle, mais les familles de travailleurs sont restées.

Urbex Frankreich Felsformation, Nasenform, ragt über Straße, Schnee, Winter, Kopf von Louis 16 Sonnenkönig, Industriekultur Oisans Urban Exploration
Die Felsformation trägt den Namen Kopf von Louis XVI., da der Felsvorsprung der Nase des einstigen Sonnenköniges ähnelt. (Urbanauth / VG / 2021)

Je pars pour la dernière étape de mon voyage Urbex à la découverte du patrimoine industriel de l’Oisans. À la sortie du village de Rioupéroux, je tombe sur la tête du Roi Soleil Louis XVI, une curiosité locale ! Historiquement, la petite ville de Vizilles, non loin de là, a été un lieu important de la Révolution française. Il est possible que le rocher ait reçu son nom à ce moment-là ?

La dernière étape de ma randonné Urbex à travers du patrimoine industriel de l’Oisans me conduit…

Urbex Frankreich Industriekultur Oisans, Haus mit Schriftzug Keller Leleux Großindustrielle Industrie Urban Exploration Alpen
Keller et Leleux, deux figures importantes du patrimoine industriel passé de l’Oisans.(Urbanauth / VG / 2021)

… à la résidence des anciens grands-industriels Keller et Leleux

Auf Spurensuche der Vergangenen Industriekultur im Oisans, französische Alpen. Herrenhaus der Instrustriellen Keller und Lelieux. Das Haus sticht durch seine besondere Architektur hervor. Das Büro, welches auf Betonstelzen zum Fluß hinausragt, ist inzwischen nahezu unbewohnt. Urbex Frankreich Urban Exploration
La culture industrielle passée dans l’Oisans et son architecture unique: la résidence des industriels Keller et Leleux. (Urbanauth / VG / 2021)
Urbex Frankreich Industriekultur Oisans, Büro des Großindustriellen Keller, ragt auf Betostelzen in Garten, graue und triste Atmossphäre, Winter, Schnee, Mauer, Urban Exploration
(Urbanauth / VG / 2021)

Personne n’a marqué la vallée de l’Oisans comme l’ingénieur, inventeur et industriel Charles-Albert Keller. Dans le village de Livet, se trouve la résidence unique de Keller-Leleux. Celle-ci a été construite en 1912. La maison, connue sous le nom de “Le Pavillon Keller“est situé entre la route de campagne qui contourne le village et la Romanche. Au cœur de l’hiver, entre les flocons de neige, elle déploie comme nulle autre un charme qui rappelle la culture industrielle passée de l’Oisans.

Même cent ans plus tard, le bureau du grand industriel plane à plusieurs mètres au-dessus du sol. Le dernier étage s’avance dans le jardin, soutenu par des échasses en béton. Face à la rivière, il permettait de voir les environs. D’après certaines histoires, Keller pourrait l’utiliser pour contrôler les émissions de fumée de ses usines. Aujourd’hui, la maison est peu habitée. Une visite n’est malheureusement pas possible.

Quand j’arrive à la maison, je rencontre un couple de personnes âgées qui prend des photos. Ils sont originaires de la région, mais ils ne vivent pas dans ce village.

C’est trop glauque“, dit la femme blonde en riant, avant que les deux ne remontent dans votre voiture et s’en aillent. L’époque révolue de l’industrie ne laisse que des maisons grises et des bâtiments vides.

La maison est devenue célèbre dans le thriller “Les rivières pourpres” de Mathieu Kassovitz, dans lequel joue le célèbre acteur Jean Reno. Dans le long métrage, l’inspecteur Pierre Niémans est envoyé dans les rudes Alpes françaises pour résoudre un meurtre…

Urbex en France : le romantisme des ruines industrielles de l’Oisans

Urbex Frankreich Industriekultur Oisans
Verlassenes Wohnhaus für Arbeiter in den Fabriken. Graffiti Hausfassade eingestürzte Dachstühle, Graffitisprüher: Rock-Fame (Chrom-rot), Atzek (gelb), ONG (chrom-verblasst, rote Outlines), YUM (gelb), Winter, Schnee, Schneeflocken, Alpen, Urban Exploration
Si tu prends la route nationale à travers du village de Livet, tu apercevras la façade peinte de cette maison en passant. Ce dernier aurait pu servir de résidence aux employés cadres moyens. (Urbanauth / VG /2021)

De son vivant, le mode de vie à Livet était organisé de manière paternaliste avec Charles-Albert Keller à la tête. Ses ingénieurs vivaient dans sa résidence avec leurs familles. Il y avait également des maisons de deux étages pour d’autres employés importants. Celle, dans l’image se situe sur l’autre côté de la rivière. Aux travailleurs ordinaires restaient que les baraques.

Outres, il y avait également des différences de priorités entre les travailleurs, qui aimaient travailler dans les usines en hiver, mais préféraient l’agriculture en été. Les particularités de la rivière de montagne font qu’il y a moins d’eau en hiver et donc moins d’électricité. À l’inverse, l’été a été la haute saison des activités entrepreneuriales de Keller et Leleux.

Pendant ce temps, d’autres acteurs ont investit ces bâtiments en ruine. Qu’ils viennent des grandes villes de Grenoble, Lyon et Briançon ou de la région de l’Oisans. Les graffitis de Ivory, Yum, ONG et BNT sont partout sur mon chemin. D’après les traces, année après année, de nouveaux artistes urbains s’immortalisent sur cette ruine résidentielle.

Urbex Frankreich Industriekultur Oisans, ehemaliges Elektrizitätswerk von Livet. Wasserkraftwerk an dem Gebirgsfluss Romanche, Urban Exploration, Winter, Schnee,
Entre les cimes enneigées des arbres, de l’autre côté de la rivière : d’anciennes usines. (Urbanauth / VG / 2021)

Immersion Urbex : Le personnage derrière le patrimoine industriel de l’Oisans

Qui était l’industriel Charles-Albert Keller ?

Urbex Frankreich Industriekultur Oisans, Porträt des Großindustriellen Charles Albert Keller, schwarz-weiß Aufnahme, Mann mit Bart und Smoking, Seitenansicht
Portrait de Charles-Albert Keller (Wikimedia / Romatomio / CC-BY-SA-4.0)

Charles-Albert Keller est né le 1er janvier 1874. Après des études d’ingénieur à l’école des Arts et Métiers de et un passage dans la marine française, il se consacre au développement des hauts-fourneaux. En 1889, à l’âge de 25 ans, il conçoit l’un des premiers fours électriques à arc pour le traitement de l’acier(Persee). Ses inventions dans le domaine des alliages d’acier et des raffinements ont marqué le début de sa carrière.

Peu avant le début du siècle, il travaillait à Paris comme ingénieur-conseil en métallurgie. Lorsqu’il rencontre l’ingénieur Leleux et que ce dernier devient son associé vers 1900. C’est le début du patrimoine industriel de Keller-Leleux dans l’Oisans. Une usine abandonnée à Livet devient leur premier point de contact avec la région. À partir de 1908, il devient également un représentant élu de la Chambre de commerce de Grenoble et même son président en 1930. Par conséquent, il portera une influence significative dans cette région.

En 1940, le grand industriel Charles-Albert Keller meurt. Il est enterré dans le cimetière de Livet-et-Gavet. Ceci marque un tournant dans l’histoire du patrimoine industriel de l’Oisan. Après la Seconde Guerre mondiale, ses centrales hydroélectriques sont reprises par EDF. Ses usines d’acier et d’aluminium sont rachetées jusqu’à ce qu’elles aussi tamisent les lumières et mettent les clés sous le paillasson.

Urbex Frankreich Industriekultur Oisans, Wasserkraftwerk Les-Vernes, Architektur mit jugendstil-Aspekten, Baujahr 1918, Hintergrund schneebedeckte Landschaft, Felshang, Gebirgsfluss Romanche, Urban Exploration, Keller Leleux Usines des Vernes

Entre les troubles de la première guerre mondiale, Keller a inauguré la première centrale hydroélectrique de Livet-Les Vernes en 1918. Keller a accordé une attention particulière à la conception architecturale. Il souhaitait laisser une empreinte digne dans le paysage montagneux. Avec ses ornements, la centrale électrique classée, rappelle la splendeur du patrimoine industriel passé de l’Oisan.

La plupart des vestiges de la culture industrielle de l’Oisans ne sont pas accessibles de nos jours. Certaines de ces usines, comme la FEROCEM de Gavet, sont toujours en activité. D’autres bâtiments sont également utilisés à titre provisoire. Sur le plan économique, cependant, la région a été lente à se redresser.

Mon voyage Urbex à travers le patrimoine industriel de l’Oisans s’achève au barrage du Chambon.

Je retourne dans ma voiture. La neige a été annoncée pour mon voyage de retour. Quelque peu anxieux, je regarde les températures baisser régulièrement en montant les pentes jusqu’au barrage de Lac de Chambon,. La route sinueuse mène au flanc de la montagne. À ma gauche, la pente raide descend dans la vallée.

Urbex Frankreich Industriekultur Oisans, Talsperre vom Lac de Chambon Alpen Urban Exploration, Berghang, Winter, Schnee, Entdeckung
Der “Barrage du Chambon”, im Deutschen bekannt als die Talsperre von Chambon. Hier endet meine Reise in die vergangene Industriekultur des Oisans. (Urbanauth / VG / 2021)

Un tunnel avant le barrage, une voiture se faufile devant moi. Alors qu’il se dirige vers le bord de la route à la fin du tunnel, je découvre qu’il a un crevé. Entre les congères et les routes glissantes, je m’arrête brièvement sur le parking de Lac du Chambon, sans marcher jusqu’à l’autre côté du barrage.

Le barrage de Lac du Chambon a été achevé en 1928-1935. Avant la construction du barrage Hoover aux États-Unis d’Amérique, c’était le plus grand barrage du monde. La réalisation de ce projet gigantesque est en grande partie due aux entreprises de Keller. Comme la rivière de montagne ne transportait pas assez d’eau en hiver, les usines ont perdu de leur efficacité. Grâce au barrage, toutes les usines situées dans les parties inférieure et moyenne de la Romanche ont pu utiliser l’énergie hydraulique même en hiver.

L’architecte vedette derrière ce monstre gigantesque est Edmé Campenon (1872-1962). Cette construction en béton s’étend sur une longueur de 294 mètres. De type barrage-poids, il est constitué d’un mur lourd. Sous la forme d’un mur de soutènement, le barrage est construit dans les flancs de la montagne, en pente douce. Le mur qui fait face au lac artificiel est vertical et retient donc les masses d’eau. À l’extrémité inférieure, la largeur du barrage en béton est de 70 mètres. Celui-ci a été produit dans les environs, “sur place”. Pour la construction de la structure, les villages Chambon, Dauphin et Parizet ont dû faire place à l’infrastructure.

Mais le projet n’était pas sans risque pour le corps et l’esprit des habitants. En 1923, le barrage Gleno a sauté en Italie. Le matin d’un mois de décembre, une fissure de 70 mètres s’était formée dans le béton, retenant l’eau dans son réservoir. La vague d’inondation libérée s’est déversée de manière apocalyptique sur la vallée de Dezzo. Un paysage détruit sur 25 kilomètres de long. Dont cinq usines, plusieurs villages et plus de 600 morts. Préoccupée par ce qui se passait de l’autre côté de la frontière, la France envoyât une commission d’enquête. Les erreurs de négligence dans la construction du barrage de Gleno sont notées et évitées dans la construction du barrage de Chambon. Néanmoins, le barrage a toujours besoin d’importants travaux d’entretien.

Le patrimoine industriel en Oisans (Urbex light) : le musée EDF Hydrélec

Le musée de la compagnie d’électricité française EDF sur l’énergie hydraulique est situé “Route du Lac – Le Verney, Vaujany 38114“. Pour s’y rendre, il faut suivre la Route de l’Oisans (D1091) jusqu’au village de Rochetaillé puis jusqu’au village de Vaujany à l’autre bout du Lac du Verney.

L’exposition remonte aux débuts de l’énergie hydroélectrique à la fin du XIXe siècle. L’automatisation de ces centrales fait également l’objet d’un arc de développements au cours du siècle suivant.

Urbex Frankreich Indsutriekultur Oisans, Wohnhaus von Großindustriellen Keller und Leleux, einzigartige Architektur, semi-verlassen, Schneeflocken fallen ins Bild, Winter, Urban Exploration
Mein Grund für die Entdeckungstour den Gebirgsfluss der Romanche entlang: “Der Pavillon Keller”. (Urbanauth / VG / 2021)

A découvrir également : le musée Chasal Lento

Un autre musée recommandé sur la culture industrielle dans Oisans est le “Musée Chasal Lento” dans le village de montagne Mont-de-Lans. Les expositions se concentrent sur l’art et les traditions locales de la région de l’Oisan. L’une des principales expositions est consacrée à la construction du barrage de Lac de Chambon. Il abritera également des archives de photographies anciennes sur la culture industrielle et le mode de vie du passé.

Vous connaissez quelqu’un qui s’intéresse à la culture industrielle du passé ? Envoie-lui l’article !

Sources :
Le contenu fait référence aux principales sources suivantes :
– Article sur Persee.fr
: “La mise en mémoire de l’aventure industrielle d’une vallée alpine (Isère).
Le musée de la Romanche” par Marie-Christine Bailly-MaîtreLaurencePissard, publié en 2005 dans la revue ethnologique locale : Le Monde alpin et rhodanien. Revue régionale d’ethnologie (pages 191-200)
Un billet détaillé de Grenoble-cularo sur Overblog (Recommandé pour les photos d’archives !)
-Le livre “Un barrage et des hommes – Chambon – Dans l’ombre d’un géant” publié par l’association Freyentique qui documente l’histoire du barrage du Chambon.
ISBN 978-2-9552142-1-3- La
catastrophe du barrage de Gleno en Italie et son impact sur le barrage du Chambon
-Article Persee.fr: “La catastrophe de Gleno (Italie) et le barrage de Chambon (Oisans)” Raoul Blanchard Revue de Géographie Alpine Année 1924 12-4 pages 669-673.

Leave a Reply

Your email address will not be published.