Paris : Des mesures pour atténuer les inégalités dans la Seine-Saint-Denis ?

Paris. Le jeudi du 31 octobre 2019, en présence du Premier ministre et du ministre de l’Intérieur, le gouvernement français a annoncé son plan d’action pour la Seine-Saint-Denis. Celle-ci est un territoire français marqué par les inégalités. Mise à disposition d’une grande enveloppe d’argent pour rendre le département avec le numéro 93 plus attrayant : primes pour les fonctionnaires loyaux, promesse d’emplois, investissements dans les secteurs de l’éducation, de la santé et la police.

23 Mesures pour contrer les inégalités des banlieues de la Seine-Saint-Denis

Les 23 mesures sont regroupées autour de cinq thèmes principaux : attractivité, la sécurité, l’éducation, la santé et la justice et sera soutenu par des subventions pendant dix ans. Afin de lutter contre la criminalité, l’effectif de la police sera augmenté de 100 policiers à compter de septembre prochain. Au total, 50 postes supplémentaires doivent également suivre d’ici le semestre 2021, tandis que les communes de La Courneuve et de Saint Ouen recevront la même allocation effective supplémentaire. Les commissariats d’Aulnay-sous-bois et d’Epinay-sur-Seine vont être réparés pour 30 millions d’euros, et la surveillance par caméra sera encore étendue à toute la Seine Saint-Denis. Mais par rapport à une population de plus d’un million et demi d’habitants et à des troubles urbains récurrents, les mesures de sécurité peinent à convaincre.

Pour le moment les travaux avancent pour rendre cette carcasse réutilisable (Urbanauth / 2019)

The windows of this derelict building are sealed with stones.
Un bâtiment insalubre et murés. Saint-Denis – Pleyel / 2019 (Urbanauth / 2019)

Dans une interview accordée à France3 , Patrice Bessac, maire de Montreuil, a d’abord soutenu le plan d’action, mais a clairement indiqué que le cœur du problème réside dans les inégalités territoriales. Selon lui, 70 % des enseignants employés sont nouvellement qualifiés, alors que la moyenne nationale est de 20 %. En matière de sécurité, il a constaté que la population disposait de beaucoup moins de policiers que par exemple dans le 18e arrondissement de Paris, directement voisin. C’est l’un des quartiers les plus densément peuplés de la capitale, mais loin du poids départemental de la Seine Saint-Denis. Avec un territoire deux fois plus grand que Paris et une population de 1,6 million d’habitants, d’autres problèmes se posent également.

Afin d’accroître l’attractivité de la région, certaines mesures sont prévues. Une prime de fidélité pouvant atteindre 10 000 euros sera versée aux fonctionnaires, et l’accès aux allocations de logement leur sera également facilité. Le déménagement de la sous-préfecture dans une ancienne succursale de la Banque de France est inclus dans les mesures, sans mentionner aucun coût.

Des investissements dans les secteurs de l’éducation et de la Santé

Le secteur de l’éducation fait l’objet d’une attention particulière, avec la création de 500 promesses d’emploi sur trois ans en forme de contrats de pré-professionalisation. Cependant l’aide de deux millions d’euros par an avec un total de 20 millions, n’arrive pas à convaincre. Celle-ci consiste à une dotation pour l’investissement dans l’immobilier scolaire, mais peine de persuader. Car l’ensemble est versé aux collectivités territoriales de la Seine-Saint-Denis: 40 communes au total. Mais l’État français puise également dans ses caisses dans le secteur de la santé.

Un investissement de dix millions par an soutiendra les actions visant à mieux recevoir les groupes particulièrement fragiles. Les hôpitaux de Montreuil, Ville Evrard et Aulnay doivent être partiellement ou totalement rénovés ou modernisés. Les installations de Raincy-Montfermeil et de Bobigny sont en cours de restructuration pour mieux répondre aux besoins des patients. Il s’ensuit également des investissements dans des équipements techniques, tels que des appareils de tomographie. Une particularité qui se démarque : la promotion des futurs médecins. Le nombre de maitres de stage d’internes en médecine générale doit être doublé et passer à 213. En outre, l’État a l’intention de couvrir entièrement les coûts d’établissement de nouveaux cabinets médicaux.

Afin de lutter contre les problèmes spécifiques des “Taudis“, c’est-à-dire les logements qui sont dans un état si mauvais qu’ils ne devraient pas être loués, cinq postes à plein temps doivent être créés. Ceux-ci sont chargés de vérifier la conformité des bâtiments enregistrés. Un problème qui touche non seulement les banlieues nords de Paris, mais aussi des villes comme Marseille ou Perpignan.

Leave a Reply

Your email address will not be published.