Copenhague : mise a pied pour les sans-abri

Le Danemark est surtout connu pour son système social, qui est excellent au regard des normes internationales. Il s’agit notamment de l’assurance maladie obligatoire, d’une politique de réadaptation pour les anciens criminels et d’une part relativement élevée des impôts au profit de projets sociaux. En outre, seul un petit nombre de sans-abri vivent dans les rues de Copenhague. A première vue, c’est une ville dans un pays qui n’a presque aucun problème.

Un premier regard, qui trompe

En y regardant de plus près, cette image idyllique s’avère être le résultat d’un développement moins social dans la politique intérieure du Danemark. Comme l’a rapporté le Dr.dk, les sans-abri sont poursuivis légalement à Copenhague depuis plus de deux ans dans certaines circonstances. Le 1er avril 2017, une loi a été introduite à Copenhague qui était à l’origine dirigée contre les mendiants étrangers. Cette loi a été adoptée à l’unanimité par le Parlement danois et prévoit l’imposition d’une amende aux personnes qui la violent. Peu après, le gouvernement a également décidé qu’en plus de l’amende, une interdiction de zone de 400 ou 800 mètres pouvait être imposée.

Des cas concrets

Comme l’a rapporté housingrightwatch.org, le 6 septembre 2018, un homme a été condamné à une amende de 500 DK pour avoir dormi à Copenhague près de la zone piétonne pendant 14 jours en janvier 2018 durant une période totale de trois semaines. Ces nuits-là, il n’avait pas eu droit à une place dans un hébergement d’urgence à proximité. Son endroit où il dormait était considéré comme un “camp dangereux”. Il y avait mangé et uriné quelques fois à proximité lorsque les toilettes publiques étaient inaccessibles.

Dans la nuit du mardi 31 octobre 2018, deux vendeurs du magazine de rue danois Hus Forbi ont également été accusés d’avoir installé un “camp d’insécurité” dans la zone piétonne de Copenhague (tv2lorry.dk). Ils étaient couchés sous une voûte près du centre-ville de Copenhague avec des matelas, du carton et des sacs de couchage. La police les a réveillés au milieu de la nuit pour les bannir de la zone. Dans cette affaire, la ville de Copenhague a interdit l’accès à la zone pendant 3 mois (avisen.dk) et les avait condamnée à une amende de 1000 DKK (insp.ngo). Le journal a ensuite créé un fonds pour payer les amendes pour les sans-abri. En septembre 2019, ils ont été acquittés par le tribunal de district de Copenhague. Le tribunal a annoncé que la police avait commis une erreur dans cette affaire.

Suit à des contestations citoyenne et un relais médiatique, les peines tranchées par les tribunaux ont diminués. Cependant, la loi est toujours en vigueur et les personnes sans domicile peuvent encore toujours être bannies des zones lorsqu’elles passent la nuit à l’extérieur.

Cet article est également disponible en allemand et en anglais. Ceci est une traduction de l’original allemand de Oliver.